À l'heure actuelle, plus de 60 millions de personnes dans le monde sont déplacées -- le nombre le plus élevé depuis la Seconde Guerre mondiale. Nombreux sont les déplacés qui fuient leur foyer pour échapper à la persécution, à la pauvreté et à la guerre dans leur pays d'origine, et des barrières officielles les obligent à se tourner vers des réseaux clandestins de trafic d'êtres humains.

Médecins Sans Frontières (MSF) fournit directement des soins médicaux humanitaires à plusieurs de ces personnes : à ceux qui ont été déracinés par la guerre, à ceux qui sont bloqués dans des camps de transit et à ceux qui sont tombés entre les mains de passeurs. Nos équipes ont été témoins des souffrances et des conflits qui ont poussé les gens à entreprendre ces voyages terrifiants — et les conséquences humanitaires de l'échec de la communauté internationale pour protéger leurs droits et libertés.

 

Mexique : Aucune sécurité pour les personnes fuyant les violences dans le triangle nord de l’Amérique Centrale

Selon un rapport publié aujourd’hui par l’organisation médicale humanitaire Médecins Sans Frontières (MSF), les populations d’Amérique centrale, contraintes de fuir la violence dévastatrice au Honduras, au Guatemala et au Salvador, font face à une nouvelle victimisation le long de la route migratoire qui mène aux États-Unis et au Mexique. 

 

 

Crise mondiale de la migration : Mettre l'humanité du Canada à l'épreuve

Mais il ne faut pas tourner le dos à notre responsabilité collective d'accueillir les réfugiés dans la dignité, de leur offrir l'asile et d'examiner chaque demande individuelle en fonction de leur bien-fondé et, en cas de rejet, d'assurer que les demandeurs puissent retourner dans leur pays d'origine ou vers des pays tiers en toute sécurité. En tant que Canadiens, nous devons prendre conscience que notre gouvernement gère déjà nos frontières par le biais d'un système complexe d'interdiction.

 

 

 

MSF dénonce la violence généralisée contre les migrants et les réfugiés à la frontière serbo-hongroise

 

Entre janvier 2016 et février 2017, MSF a traité 106 cas de blessures qui auraient été perpétrées par des patrouilles à la frontière hongroise. Tous les cas traités par les équipes de MSF suivent des tendances similaires de violence, y compris des blessures dues à des coups (54 cas) ou à des morsures de chiens (24 cas), des irritations causées par du gaz lacrymogène et du gaz poivré (15 cas) et d'autres blessures (35 cas).  De tels abus touchent également les personnes vulnérables tels que les mineurs non accompagnés : sur 106 cas, 22 étaient des jeunes de moins de 18 ans.

 

 

Mourir d'envie d'atteindre l'Europe : Regard sur les voyages désespérés des Érythréens en quête de sécurité

Les trajets dangereux que prennent des milliers d’Érythréens, à travers le désert ou en traversant la mer, sont des exemples flagrants de l’effet dévastateur des politiques restrictives de migration sur les personnes qui cherchent la sécurité hors de leur pays d’origine, déclare Médecins Sans Frontières (MSF) dans un nouveau rapport. Dying to reach Europe : Erithreans in search of safety est basé sur les témoignages directs de réfugiés qui ont fui ce petit pays de l'Afrique de l'Est, très militarisé, signalant un manque de liberté et une conscription militaire forcée pendant des années, voire même des décennies. Ceux qui désertent risquent d’être rassemblés, emprisonnés, torturés ou tués.

« Quatre-vingt-dix pour cent des Érythréens qui parviennent à atteindre l’Europe, via la terre ou la mer, se voient accorder l’asile. Les gouvernements européens reconnaissent leur demande comme authentique, mais malgré cela, ils font tout ce qu’ils peuvent pour les empêcher, eux et d’autres demandeurs d’asile, d’atteindre les côtes de l’UE», déclare Arjan Hehenkamp, directeur général de MSF.

 

« Certains ne survivent pas » : Une infirmière de MSF Canada parle de la prestation de soins aux personnes fuyant la violence en Irak

Beaucoup de gens qui sont déplacés de force par la guerre et d'autres catastrophes trouvent souvent refuge à l'intérieur des frontières de leur propre pays.  

Mariko Miller, infirmière d'urgence à MSF, a pu voir la souffrance des survivants qui ont réussi à fuir la région de Hawija ravagée par la guerre pour atteindre la sécurité relative à Kirkouk dans le nord de l'Irak.

 

 

Libye : MSF grandement préoccupée par les conditions de détention horribles des migrants

Alors que les dirigeants de l'UE se réunissaient à Malte le 3 février 2017 pour discuter de migration, en vue notamment de fermer la route de la Libye vers l'Italie en renforçant la coopération avec les autorités libyennes, Médecins Sans Frontières (MSF) a soulevé de graves préoccupations au sujet du sort des personnes emprisonnées en Libye ou retournées dans ce pays.

L'organisation humanitaire internationale fournit des soins médicaux aux migrants, aux réfugiés et aux demandeurs d'asile détenus à Tripoli et ses environs depuis juillet 2016 et affirme que les gens sont détenus de façon arbitraire dans des conditions inhumaines et insalubres, souvent sans nourriture suffisante ni eau potable, et sans accès aux soins médicaux.  

 

Plongés dans un froid polaire par l’Europe : Des milliers de personnes coincées sous des températures glaciales en Grèce et dans les Balkans

Après avoir été criminalisés par les politiques d’immigration européennes, des milliers de migrants et réfugiés se retrouvent maintenant coincés dans des conditions de froid intense, dans des abris qui ne sont pas adaptés pour l’hiver en Grèce et dans les Balkans. Cette négligence cynique des politiques des États européens, aggravée par les températures glaciales et par le manque de préparation à l’hiver, a empiré une situation déjà insupportable pour des milliers d’hommes, femmes et enfants venus chercher protection en Europe.

La situation est particulièrement inquiétante pour les personnes coincées sur les îles grecques, qui vivent dans des tentes au sein de camps bondés et pour ceux qui vivent dans des bâtiments abandonnés à Belgrade ou qui continuent d’essayer de franchir les frontières des Balkans. Médecins Sans Frontières (MSF) a, à plusieurs reprises, demandé aux autorités en Grèce et dans les Balkans d’améliorer les conditions à temps pour l’hiver.

« Avec le pacte entre l’Union européenne et la Turquie (en anglais seulement) ainsi qu’avec la fermeture officielle de la route des Balkans, l’UE a décidé de laisser les Balkans gérer la situation dans le but d’endiguer le flux des personnes venues chercher la protection depuis les zones de guerre les plus actives aujourd’hui », déclare Stefano Argenziano, coordinateur des opérations MSF sur la migration. « Aujourd’hui, ces personnes manquent cruellement d’aide appropriée et cela met leur vie en danger. Nous sommes témoins des conséquences cruelles et inhumaines des politiques européennes, utilisées comme un outil pour dissuader et criminaliser ceux qui ne font que chercher sécurité et protection en Europe ».

 

 

Chagrin et espoir : Une infirmière canadienne nous parle de son travail auprès des jeunes patients à bord du bateau de recherche et sauvetage de MSF sur la mer Méditerranée

Depuis 2015, Médecins Sans Frontières (MSF) effectue des opérations de recherche et sauvetage en Méditerranée pour répondre à une crise humanitaire où plus de 4 000 personnes ont péri l'année dernière seulement en tentant de trouver la sécurité en Europe et de fuir les conflits, les catastrophes et l'instabilité dans leur pays d'origine.

L'infirmière canadienne Courtney Bercan faisait jusqu'à tout récemment partie de l'équipe médicale à bord du bateau de MSF, le Dignity I, pour fournir des soins médicaux aux rescapés des embarcations en détresse. Dans le récit ci-dessous, Courtney partage avec nous ses réflexions sur ces passagers qui ont été pour elle à la fois une source de chagrin et d'espoir : les enfants.

 

 

Une médecin canadienne décrit ses expériences à bord d'un navire de recherche et sauvetage de MSF en Méditerranée, et remercie les supporteurs de soutenir son travail qui sauve des vies

Dre Sarah Giles est une médecin canadienne qui a passé quatre mois en tant que responsable des activités médicales de MSF à bord du MV Aquarius, un bateau qui vient en aide aux migrants en mer Méditerranée, entre août et novembre 2016. Dans la vidéo ci-dessus, elle raconte certaines de ses expériences à traiter des gens en situations désespérées, extirpés des embarcations en détresse alors qu'ils tentaient de rejoindre l'Europe depuis l'Afrique du Nord; elle remercie également les supporteurs de MSF qui ont contribué à rendre ce travail possible.

Alors qu'elle se trouvait à bord de l'Aquarius, Sarah a également tenu un blogue, dans lequel elle a partagé beaucoup d'autres histoires provenant directement de la ligne de front de la crise des migrants en Méditerranée, décrivant quelques-unes des conditions terribles qu'elle a pu constater en rencontrant les patients secourus, les défis d'aider des centaines de personnes sur un seul bateau en mer, et la tragédie des noyades de masse qui se poursuivent. 

Lisez les témoignages livrés par Sarah à bord d'un bateau de sauvetage au milieu d'une crise, et ses idées sur le besoin continu d'une intervention humanitaire globale.

 

 

 

Migrer au péril de sa vie : 10 choses que vous devez savoir sur la crise en Méditerranée

 

En 2016, Médecins Sans Frontières (MSF) avait des équipes à bord de trois bateaux, le Dignity I, le Bourbon Argos et le MV Aquarius. Depuis le début des opérations en avril jusqu'au 29 novembre, ces trois équipes ont directement secouru 19 708 personnes d'embarcations bondées et en ont aidé 7 117 autres à rejoindre l'Italie en toute sécurité et à obtenir des soins médicaux. Au moins une personne sur sept secourues sur la Méditerranée a été aidée par les équipes de MSF.

Voici quelques-uns des faits les plus importants au sujet de cette crise humanitaire :

 

La face cachée des migrations et leurs conséquences humanitaires : Rapport spécial de MSF Canada

Un nouveau rapport de Médecins Sans Frontières (MSF) Canada, préparé par Sonal Marwah, chercheur spécialiste de la migration forcée et des réfugiés, Stephen Cornish , directeur général de MSF Canada et Carol Devine, conseillère aux affaires humanitaires de MSF Canada, examine l'impact humain de notre approche mondiale actuelle face aux migrants et aux réfugiés.

 

 

 

Mer Méditerranée : Le bateau de MSF Dignity I aide à rescaper 3000 personnes en une seule journée

Le lundi 29 août, le Dignity I, le bateau de recherche et sauvetage de Médecins Sans Frontières (MSF), a contribué à sauver environ 3 000 personnes qui prenaient place dans une vingtaine de canots pneumatiques et plusieurs bateaux en bois, dont l'un transportait entre 600 et 700 personnes, dans la Méditerranée centrale.

 

 

Déplacés : Le numéro d'été 2016 de Dépêches se penche sur la crise mondiale des déplacements de population

Le dernier numéro du magazine MSF Canada examine les défis humanitaires qu'ont entraînés le déplacement de plus de 65 millions de personnes dans le monde en raison de conflits, de la persécution et de la pauvreté.

Lisez la nouvelle version en ligne de Dépêches, et apprenez-en davantage sur notre personnel et nos patients sur les lignes de front de la crise mondiale des déplacés.

 

Piégé en transit : MSF entend le témoignage dérangeant de réfugiés, les migrants et les demandeurs d'asile qui fuient la Libye

 

Les récits de centaines de personnes secourues en mer par MSF au cours de 2015 et 2016 ont mis en évidence le niveau alarmant de violence et d'exploitation auquel sont exposés les réfugiés, les demandeurs d'asile et les migrants en Libye. Beaucoup de ceux que nous avons sauvés déclarent avoir été eux-mêmes victimes de violence dans le pays, et presque tous disent avoir été témoins de violence extrême contre les réfugiés et les migrants, y compris les coups, la violence sexuelle et les meurtres.

 

Journée mondiale des réfugiés : Les conséquences humanitaires des politiques migratoires restrictives

Le 20 juin est la Journée mondiale des réfugiés. L'article suivant décrit les besoins humanitaires que les équipes de MSF voient parmi les populations déplacées et fait valoir qu'une réponse plus globale à une crise de déplacement croissante est nécessaire afin de prévenir les souffrances humaines. Cet article a initialement été publié en anglais dans le magazine Policy Options et a été adapté d’un long rapport présenté au Musée canadien pour les droits de la personne. (liens disponibles en anglais seulement)

 

MSF n’acceptera plus de fonds venant des institutions et des États membres de l’Union européenne pour protester contre les politiques dommageables visant à dissuader la migration

Le 17 juin 2016, MSF a annoncé qu’elle n’acceptera plus les fonds issus de l’Union européenne (UE) et de ses États membres, en opposition à leurs politiques de dissuasion dommageables des réfugiés et à l’intensification des tentatives de repousser les personnes et leurs souffrances loin des côtes européennes. Cette décision prend effet immédiatement et sera appliquée à tous les projets de MSF à travers le monde.

Directeur général de MSF Canada : Nous devons tenir notre promesse envers la communauté mondiale des réfugiés

« J'ai été frappée à mains nues, avec des bâtons, avec des armes à feu. Si on bougeait, on nous frappait. Si on parlait, on nous frappait. Nous avons passé deux mois comme ça, à être frappés tous les jours ». C'est ce qu'Agnès, une Érythréenne, a rapporté à propos de l'enfer qu'elle a vécu aux mains de ses passeurs. Les équipes de recherche et sauvetage en mer de MSF l'ont secourue alors qu'elle traversait la Méditerranée à bord d'un bateau rempli de migrants, en train de sombrer.

 

 

Pour obtenir plus de mises à jour sur le travail de MSF le long des routes migratoires du monde, cliquez ici.

« Les conditions sont inacceptables » : Dr Tim Jagatic, médecin à MSF nous parle du camp de réfugiés à Idomeni en Grèce 

 

5 000 personnes, 5 000 histoires : Témoignages de personnes secourues par MSF en mer Méditerranée

 

MSF cesse ses opérations de recherche et sauvetage en Méditerranée centrale après plus de 20 000 sauvetages en 2015

Après huit mois passés en mer, 20 129 personnes sauvées, et plus de 120 opérations distinctes de recherche et sauvetage, le dernier bateau de MSF, le Bourbon Argos, est rentré au port pour la dernière fois en 2015, le 30 décembre. Étant donné que les conditions hivernales ont réduit le nombre de personnes traversant la Méditerranée, MSF considère qu’il y a actuellement assez d’atouts pour faire face aux besoins existants. Cependant, MSF renouvelle sa demande aux autorités européennes pour que celles-ci fournissent des ressources de recherche et sauvetage adéquates et dédiées afin de prévenir les tragédies dans les mois à venir, alors que le nombre d’arrivées devrait augmenter à nouveau.

 

 

 

 

 sur Twitter

 

 

Accouchement en mer Méditerranée : Rencontrez Divan, venu au monde sur un bateau de MSF après que sa mère a été secourue, le 18 octobre 2015

Astrid Börjesson, sage-femme de Médecins Sans Frontières (MSF) raconte comment elle a aidé à mettre au monde un petit garçon dont la mère se trouvait parmi les 240 personnes sauvées par le Dignity I, le bateau de recherche et sauvetage de MSF en mer Méditerranée. La femme de 25 ans a donné naissance à son fils, qu'elle a prénommé Divan, après avoir survécu à un terrible voyage de son Cameroun natal jusqu'en Libye, avant de s'embarquer sur la mer Méditerranée en quête d'espoir et de sécurité..

 

MSF porte secours à des migrants en détresse sur la Méditerranée, le 26 août 2015

 

Scènes d’horreur et témoignages de survivants du bateau de migrants qui a chaviré en Méditerranée

 

Le 5 août dernier, un bateau qui transportait plus de 700 migrants originaires d'Afrique du Nord vers l’Europe a chaviré au large de la Libye. Le navire de recherche et sauvetage en mer de Médecins Sans Frontières (MSF), le Dignity I, a été l’un des premiers à arriver sur les lieux.  La vidéo ci-dessus, présentée par Juan Matias Gil, coordonnateur de projet pour MSF, montre les équipes de MSF à l’œuvre après leur arrivée sur le lieu du naufrage, et diffuse le témoignage d’un couple qui a lutté pour sauver leur petite fille de la noyade avant d'être secourus.

 

Information sur la crise en Méditerranée et la réponse de MSF


Aidez-nous à fournir une aide humanitaire médicale qui sauve des vies. Faire un don en ligne ou composez le 1 800 982 7903 [Sans frais].

#MSFSea : Une journée dans la vie du Dr Simon Bryant, médecin de MSF à bord du navire de sauvetage MY Phoenix

 

Le 19 juin, les utilisateurs du mot-clic #MSFSea ont pu voir de près la participation de MSF aux opérations de recherche et sauvetage sur la mer Méditerranée. Le médecin canadien, Dr Simon Bryant, et ses collègues ont partagé les détails de leur travail, de leur vie à bord et les histoires des personnes qui ont reçu un traitement tout en essayant d'atteindre l'Europe depuis l'Afrique du Nord. Visitez notre page de campagne pour lire la discussion et suivre les événements de la journée.

 

 

Opérations de recherche et sauvetage de MSF à bord du Bourbon Argos

 

« Nous restons prudents » : MSF réagit à l’annonce de l’Agenda européen en matière de migration

 

Le 13 mai, la Commission européenne a présenté son Agenda européen en matière de migration (en anglais seulement), qui annonce une série de mesures visant à répondre à la situation de crise dans la Méditerranée, dans l’immédiat et les années à venir. Alors que le budget pour les opérations de recherche et sauvetage a été augmenté de manière significative, il reste à voir comment ces promesses vont se traduire dans la pratique. Médecins Sans Frontières (MSF) a publié la déclaration suivante en réaction à l’annonce.

 

 

MSF renforce son opération de recherche et sauvetage en mer Méditerranée avec un deuxième bateau

MSF lance un deuxième navire de recherche et sauvetage en mer Méditerranée afin de venir en aide à ceux qui risquent leur vie dans une tentative désespérée pour rejoindre l’Europe. Le bateau transporte un équipage de 26 personnes dont des spécialistes en opérations de recherche et sauvetage en mer et du personnel médical. Le Bourbon Argos a quitté le port d’Augusta le 9 mai en Sicile.  Celui-ci fournira un soutien supplémentaire en recherche et sauvetage et travaillera en parallèle avec le MY Phoenix, un autre bateau opéré conjointement avec l’organisation MOAS (Migrant Offshore Aid Station) opérationnel depuis le 2 mai. 

 

« Ce n'est certainement pas une question de sauver ces gens de la déshydratation, de l'hypothermie et de la noyade, mais c'est de partager leur humanité. C'est de se soucier de leur existence ». Lisez le dernier blogue du médecin de MSF Canada, Dr Simon Bryant

 

Dans sa dernière entrée de blogue rédigée à bord du MY Phoenix, le navire de recherche et sauvetage que MSF opère conjointement avec MOAS en Méditerranée, le Dr Simon Bryant de l'Alberta réfléchit sur les histoires difficiles des migrants rescapés qu'il rencontre. « Vous pouvez regarder sur Internet pour voir notre emplacement actuel », écrit-il, « mais cela ne vous dira rien sur la vie des 219 âmes récemment accueillies à bord, ou sur le pourquoi de ma présence ici ».

Un guide interactif pour le MY Pheonix, le bateau de sauvetage de MSF/MOAS

« Ils ont traversé un enfer à propos duquel je n'aime pas réfléchir »: la dernière entrée du blogue du Dr Simon Bryant à bord du bateau de recherche et sauvetage de MSF aidant les migrants en détresse en mer

Le Dr Simon Bryant examine une patiente enceinte qui a été sauvée par l'équipage du MY Phoenix le 3 mai.

Le Dr Simon Bryant, de Canmore en Alberta, est à bord du MY Pheonix, le bateau de recherche et sauvetage nouvellement lancé sur la mer Méditerranée, où nos équipes médicales s'efforcent d'intercepter des navires de migrants en provenance d'Afrique du Nord afin d'éviter les noyades et de s'attaquer aux principaux risques pour la santé. Il tiendra un blogue pour la durée de son affectation, où il réfléchira sur la vie en mer, le programme de sauvetage de MSF et la crise humanitaire en cours.

Crise des migrants sur la Méditerranée : MSF aide à secourir 369 en mer dès sa première opération maritime

 

Le week-end du 2 mai, plus de 6 000 personnes ont été rescapées lors de plusieurs opérations de sauvetage sur la mer Méditerranée, alors qu’elles tentaient la dangereuse traversée entre la Libye et l’Europe. Trois cent soixante-neuf d’entre elles ont été sauvées par le MY Phoenix, un navire de recherche et sauvetage opéré conjointement par Médecins Sans Frontières (MSF) et l’organisme MOAS (Migrant Offshore Aid Station). Tôt le matin du 4 mai, un autre 104 personnes ont été secourues avec l’aide de l’équipe du MY Phoenix et ont pu être transférées sur un navire commercial.

L’équipage de 20 personnes — qui inclut notamment des opérateurs de caméras volantes, des professionnels en recherche et sauvetage et du personnel médical — a réalisé son premier sauvetage dimanche après-midi, moins de 24 heures après avoir quitté le port de Malte. Les personnes secourues venaient principalement d’Érythrée, et comptaient entre autres une femme enceinte et environ 45 enfants et bébés.

 

Entretien avec un médecin canadien à bord du navire de sauvetage MSF sur la Méditerranée

Le Dr Simon Bryant, un médecin de l'Alberta, est membre d'une équipe MSF pour soigner les migrants qui tentent de traverser la Méditerranée de l'Afrique vers l'Europe. « Les migrants sur la Méditerranée ont besoin de secours immédiats pour éviter de mourir noyés, pendant que les autres parlent de régler les causes de leur désespoir, » dit-il.

 

 

Le navire MY Phoenix est équipé d'une clinique médicale ainsi que de caméras volantes qui chercheront les migrants en situation de détresse en mer.

 

De nombreux migrants arrivent à Malte, abandonnés sur une île où la vie quotidienne est une lutte et les perspectives d'avenir sont sombres. MSF a commencé à travailler à Malte en août 2008, lorsque des centaines de migrants nouvellement arrivés étaient enfermés dans des centres de détention où les conditions étaient une grave menace pour leur santé. MSF a dénoncé ces conditions et a continué à travailler sur l'île. 

Nouvelles sur le travail de MSF le long des routes migratoires du monde :

 

Autres projets de MSF pour les migrants :

Aidez-nous à fournir une aide humanitaire médicale qui sauve des vies. Faire un don en ligne ou composez le 1 800 982 7903 [Sans frais].

Bloqués en transit : MSF recueille des témoignages troublants de réfugiés, migrants et demandeurs d’asile fuyant la Libye

 

Les centaines d’entrevues réalisées auprès de personnes secourues en mer par MSF au cours de 2015 et 2016 ont révélé le niveau alarmant de violence et d’exploitation auquel sont confrontés les réfugiés, les demandeurs d’asile et les migrants en Libye. Nombre de rescapés racontent avoir été directement victimes de violence dans le pays tandis que la quasi-totalité d’entre eux ont signalé avoir été témoins d’une violence extrême envers les réfugiés et les migrants, notamment des coups, de la violence sexuelle et des meurtres. 

 

 

Articles & Publications sur le même sujet