Le Soudan du Sud est plongé dans une crise humanitaire depuis le début du violent conflit civil, à la fin de 2013. Médecins Sans Frontières (MSF) est l'un des plus importants fournisseurs d'aide médicale et humanitaire au Soudan du Sud, avec plus de 3 500 travailleurs à travers le pays, et compte aussi des projets en Éthiopie et en Ouganda pour servir les réfugiés sud-soudanais.

À l'heure actuelle, MSF opère des projets dans six des dix États du Soudan du Sud, y compris les États d'Unité, du Haut Nil et de Jonglei, où le conflit pèse particulièrement lourd sur la population. MSF gère également des activités dans la zone administrative d'Abyei. Nos équipes là-bas répondent à divers besoins en matière de santé, en offrant des soins chirurgicaux, des services d'obstétrique, le traitement du paludisme et du kala-azar, la vaccination et le traitement de la malnutrition.

Mais un regain des violences a mis en péril beaucoup de ces activités. MSF appelle toutes les parties au conflit à respecter les installations médicales, pour permettre aux organisations humanitaires d'accéder aux communautés touchées, et aux patients de recevoir un traitement médical, quelle que soit leur origine ou leur appartenance ethnique.

 
 

Soudan du Sud : des milliers de personnes fuyant les combats à Wau Shilluk ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence

 
 
Ces dernières semaines, la ville de Wau Shilluk, dans la région du Nil Supérieur, a été désertée par ses habitants suite aux combats. Des milliers de personnes ont fui la violence et ont un besoin urgent d’assistance humanitaire.

A l’approche des combats, Médecins Sans Frontières a dû évacuer l´hôpital que l’organisation gérait à Wau Shilluk.  MSF vient de lancer une intervention médicale d’urgence pour venir en aide aux milliers de déplacés récemment installés au nord de la ville de Kodok, à Aburoch et les zones moins peuplées au sud de la ville.

 

Soudan du Sud : Le conflit qui perdure et les niveaux extrêmes de violence sont à l'origine d'une crise de malnutrition

 

Au cours des dernières semaines, les équipes MSF au Soudan du Sud ont constaté des niveaux extrêmement élevés de malnutrition et ont lancé une intervention d'urgence pour traiter les enfants souffrant de malnutrition. Le conflit prolongé qui secoue le pays affecte profondément la population locale, selon MSF. Hommes, femmes et enfants sont régulièrement contraints de fuir leur foyer pour échapper aux combats, et accèdent difficilement aux nécessités de base comme la nourriture, l'eau et les soins de santé. 

« La violence extrême a eu un grave impact sur la capacité des personnes à combler leurs besoins essentiels en matière d'eau potable, de nourriture, d'abris et de soins de santé », explique Nicolas Peissel, coordonnateur de projet à MSF . « Les gens ont tout perdu et luttent chaque jour pour survivre ».

 
 
 

« Alors que la population se déplace, notre personnel se déplace aussi » : trouver des moyens de fournir des soins au milieu du conflit et des déplacements au Soudan du Sud

Dans la partie centrale du Soudan du Sud, les habitants sont constamment contraints de fuir à mesure que les lignes de front de la guerre civile se déplacent. Après que l'un de ses hôpitaux a été la cible d'attaques répétées, MSF en est venue à l'évidence qu'elle devait trouver de nouveaux moyens pour délivrer des soins médicaux à la population des comtés de Leer et de Mayendit. Une médecin de MSF décrit comment son équipe de personnel local fournit des soins de santé aux personnes en déplacement grâce à un réseau flexible de cliniques mobiles.

 

L'infirmière canadienne Amy Nyland rédige un blogue depuis Lankien, au Soudan du Sud : « Nous assistons à une augmentation constante des cas de malnutrition »

Amy est infirmière au Canada. Elle blogue sur le fait d'avoir tout mis sa vie dans des boîtes au Canada pour rejoindre les 300 personnes qui travaillent à l'hôpital de MSF à Lankien, dans le nord du Soudan du Sud. Dans son dernier billet, elle décrit les défis que suscite le manque d'accès à une alimentation adéquate et à de l'eau potable. 

« Comme prévu par le personnel national, nous assistons à une augmentation constante des cas de malnutrition modérée et sévère, entre autres chez les nourrissons. Cette période de l'année est connue sous le nom de « période de soudure ». Comme le climat est incroyablement aride, trouver de l'eau potable est une tâche impossible pour beaucoup de gens ».

 
 

« Si tu pleures pour chacun des enfants, tu pleures toute la journée » : Une infirmière canadienne de MSF sur la prestation de soins d'urgence dans un camp de protection au Soudan du Sud

L'infirmière canadienne Jaime Wah est récemment revenue du camp de protection des civils de Bentiu au Soudan du Sud, où MSF fournit des soins médicaux à plus de 100 000 personnes piégées par la violence et les conflits. Elle parle des défis et de l'espoir au milieu d'une épidémie mortelle de paludisme.

 

 

Extrait du Rapport d'activités international MSF:

 

 

Articles & Publications sur le même sujet