Depuis une semaine, l'organisation humanitaire internationale Médecins Sans Frontières (MSF) a pris en charge environ 250 blessés en provenance des théâtres de combats en Somalie. Suite à un grave incident s'étant produit mercredi 27 décembre dernier, dans une structure médicale MSF à Dinsor, Province de Bay, MSF demande fermement aux parties en conflit de respecter les lois internationales et de garantir la sécurité des établissements sanitaires et en particulier celle des patients et du personnel médical. L'organisation MSF est particulièrement inquiète quant à la sécurité de son personnel médical et de ses patients suite à un grave incident qui vient de se produire, dans une structure médicale MSF à Dinsor (Province de Bay, Somalie) le 27 décembre dernier. Après avoir pris contrôle de la ville, des représentants des forces armées ont pénétré dans l'enceinte de l'hôpital, menacé le personnel médical somalien employé par MSF à Dinsor et enfin confisqué tous les dossiers médicaux des malades hospitalisés. Ces dossiers, de nature confidentielle, ne comportent aucune mention de la nationalité des patients, conformément à la pratique médicale de MSF. Les sièges de MSF ont aussitôt transmis une plainte officielle aux autorités éthiopiennes ainsi qu'au Gouvernement Fédéral de Transition de Somalie, au sujet de cette claire violation du droit humanitaire international, sollicitant la restitution immédiate de ces dossiers médicaux. En outre, MSF demande fermement aux parties en conflit de respecter le droit international et de garantir la sécurité des établissements sanitaires, en particulier celle des patients et du personnel médical, dans ce contexte où l'accès aux populations vulnérables est gravement restreint. Le 21 décembre dernier, MSF avait pu réapprovisionner Dinsor en matériel médical et chirurgical d'urgence et le 22 décembre, 13 tonnes du même type de matériel avait pu être aussi acheminées à Belet Weyne, où MSF avait récemment mis en place un service de chirurgie. Dans le courant de la semaine dernière, alors que les confrontations militaires touchaient de grandes parties du centre et du sud de la Somalie, les équipes médicales de MSF ont pris en charge environ 250 blessés dans les structures médicales qu'elles assistent. Des équipements chirurgicaux supplémentaires pour prendre en charge 300 blessés sont actuellement en cours d'acheminement. MSF avait dû prendre la décision, à cause des combats et de la détérioration des conditions de sécurité, d'évacuer provisoirement le week-end dernier ses derniers travailleurs expatriés encore présents sur ses projets à Belet Weyne, Huddur, Galgaduud, Jowhar and Marere. Une évaluation similaire, pour les mêmes raisons, avait été décidée il y a quelques semaines à Dinsor, dans la Province de Bay et à Galcayo, Province de Mudug. Suite aux combats qui avaient fait rage dans les environs de Dinsor, ce sont 160 blessés, aussi bien militaires que civils, qui ont été admis par le personnel MSF pour des soins d'urgence à l'hôpital de cette localité. 70 patients ont aussi été pris en charge et soignés à l'hôpital d'Istarlin dans la Province de Galgadud où plusieurs d'entre eux reçoivent toujours aujourd'hui des soins médicaux. A Galcayo, 19 patients ont aussi été pris en charge par MSF. « Nous sommes très inquiets quant aux possibilités réelles de prendre en charge les victimes des combats actuels d'une manière satisfaisante, ce qui rend encore plus dramatique la situation humanitaire qui prévaut au centre et au sud de la Somalie » déclare Dr. Gustavo Fernandez, chef de mission MSF en Somalie. « La situation est de pire en pire avec la reprise du conflit mais aussi à cause des désastres naturels tels que les récentes inondations. Nous voulons renvoyer nos équipes expatriées sur le terrain aussitôt que les conditions le permettront ». MSF est l'une des rares organisations non gouvernementales (ONG) présentes en Somalie avec du personnel expatrié depuis 1991, conduisant des projets dans les zones suivantes, contrôlées et/ou précédemment sous contrôle des deux parties en conflit, suivant en cela ses principes d'impartialité et de neutralité : Galcayo, Jowhar, Mogadiscio, Huddur, Galgudud, Dinsor et Marere.