Photo: Voite Kasztabsk, MSF. Le personnel de MSF distribue du matériel de secours dans le nord de Luçon.

Des médecins et des logisticiens travaillant pour Médecins Sans Frontières (MSF) évaluent actuellement la situation sur l’île de Luzon alors que la tempête tropicale Parma continue de sévir dans le nord des Philippines. Les autorités redoutent de nouveaux glissements de terrain et de nouvelles inondations tandis que des pluies torrentielles et des vents puissants s’abattent encore sur la région. Deux équipes MSF, comptant chacune sept personnes, mènent des évaluations dans les zones touchées du nord et réalisent des consultations médicales au fur et à mesure de leurs déplacements. Une équipe se dirige vers l’est de la ville de Claveria, et l’autre vers le sud en direction de llocos.

Photo: Voite Kasztabsk, MSF. Un membre du personnel de MSF consulte avec une mère et examine un bébé.

Près de deux semaines après que le typhon Ketsana s’est abattu sur les Philippines, un important secteur de la ville de Manille et de ses alentours demeure sous les eaux. Malgré une intervention rapide et efficace de la part des autorités, certaines zones isolées ne bénéficient encore d’aucun soutien. Les équipes MSF se sont concentrées jusqu’à maintenant sur les zones difficiles d’accès comme Laguna Bay au sud-est de la ville et ont mis en place des cliniques mobiles pour les personnes n’ayant pas la possibilité de se rendre dans les structures de santé du gouvernement. Au total, huit médecins MSF, devant se déplacer parfois par bateau, ont réalisé plus de 800 consultations médicales.


Photo: Voite Kasztabsk, MSF. Le personnel de MSF distribue du matériel de secours dans le nord de Luçon.

« Les pathologies principales sont les diarrhées, les infections fongiques des membres inférieurs et les infections du système respiratoire. Les eaux stagnantes et les perturbations dans le système sanitaire pourraient être la cause des problèmes de santé, et c’est pourquoi nous devons continuer de surveiller la situation de près », explique Oifa Bouriachi, coordonnatrice des urgences pour MSF. Bien que la situation dans les environs de Manille se soit stabilisée et que le niveau de l’eau diminue lentement, 500 centres d'évacuation abritent toujours près de 340 000 personnes et dans certaines régions inondées, l’eau pourrait mettre des mois à baisser. Les équipes MSF ont jusqu'ici fourni plus de 3 000 kits d'hygiène ainsi que du matériel servant à améliorer les conditions sanitaires dans les centres d’évacuation. MSF a envoyé 22 tonnes de matériel supplémentaire à Manille, des articles de première nécessité tels que des couvertures, des bidons et des kits d'hygiène. Les équipes MSF entendent rester dans la région pour surveiller de près la situation et pouvoir parer aux besoins qui se manifesteraient.

Articles & Publications sur le même sujet