MSF fait campagne pour dénoncer le coût élevé des médicaments existants et l'absence de traitements pour de nombreuses maladies qui affectent ses patients.

Aujourd'hui, un tiers de la population mondiale n'a pas accès à des médicaments essentiels. Et dans les régions les plus pauvres d'Afrique et d'Asie, il s'agit de la moitié de la population.

Trop souvent, MSF ne peut pas soigner les patients parce que les médicaments sont trop chers ou qu'ils ne sont plus produits. Parfois, les seuls médicaments dont MSF dispose sont très toxiques ou inefficaces, et personne ne cherche à concevoir de meilleurs traitements.

En tant qu'organisation médicale humanitaire, MSF trouve inacceptable qu’il soit de plus en plus difficile de se procurer des médicaments essentiels, en particulier pour les maladies infectieuses les plus courantes.

MSF travaille dans ce domaine de trois façons spécifiques :

• en menant la Campagne d'accès;

• en collaborant dans la Drugs for Neglected Diseases Initiative (DNDi);

• en effectuant de la recherche effectuée sur le terrain.

 

Campagne d'accès

En réponse à la nécessité d'améliorer les traitements, les vaccins et les tests diagnostiques, MSF a mis en place en 1999 sa Campagne d'accès pour améliorer les soins aux patients.

Les objectifs de la Campagne d'accès sont les suivants :

• Faire pression pour faire baisser le prix des médicaments, des vaccins et des tests diagnostiques en stimulant la production de produits génériques plus abordables.

• Veiller à ce que les intérêts commerciaux ne l'emportent pas sur les besoins en santé publique.

• Orienter la recherche médicale vers la création de nouveaux médicaments, vaccins et tests requis de toute urgence et qui n'existent pas encore ou ne sont pas adaptés aux besoins des populations des pays en développement.

• Trouver, soutenir et suivre de près les modèles de financement de la recherche médicale qui répondent aux besoins médicaux plutôt qu'à ceux des entreprises, et qui ne suppose pas de faire payer des prix exorbitants sur des produits finis pour en couvrir les frais de recherche.

Aujourd'hui, un tiers de la population mondiale n'a pas accès à des médicaments essentiels. Et dans les régions les plus pauvres d'Afrique et d'Asie, il s'agit de la moitié de la population.